Auto-hypnose et douleur : quel rapport ? 🤨

Vous avez peut-être entendu parler d’auto-hypnose pour gérer la douleur ? Ou entendu qu’une séance d’hypnose pouvait calmer la douleur chronique (ou pas) d’un patient ?

Le corps et l’esprit étant intimement liés, l’état hypnotique peut en effet servir d’antalgique. On parle alors d’analgésie, qui est la diminution ou la disparition de la sensibilité à la douleur. Dans un contexte médical, pour une opération par exemple, il y aura même besoin d’aller jusqu’à l’anesthésie.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de rappeler que la douleur est bien souvent une information utile ! On peut diminuer la sensation douloureuse d’une carie mais seulement après avoir pris rendez-vous chez le dentiste 😉 Et ceci ne vaut bien entendu pas que pour les dents, imaginez une appendicite !!

Alors comment faire en auto-hypnose pour calmer une douleur ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

L’auto-hypnose pour calmer la douleur passe par l’altération de la sensation corporelle

En hypnose, il est possible de modifier sa réalité perçue et donc un ou plusieurs de ses 5 sens. On parle alors d’altération sensorielle.

D’ailleurs, la simple mise en transe hypnotique, par l’hypnose avec un praticien ou en auto-hypnose, modifie déjà les perceptions sensorielles (fourmillements dans les mains, chaleur dans les membres, lourdeur, légèreté…). Le thérapeute se sert habituellement de ces phénomènes avec une visée stratégique, pour accompagner une suggestion hypnotique par exemple (« et plus le bras devient léger et plus la transe se fait profonde… »).

Alors comment passer d’une « petite » modification des ses sensations au contrôle de la douleur ?

Il est souvent répété que la douleur pourrait se décomposer ainsi : 1/3 de ressenti présent, 1/3 d’appréhension et 1/3 de souvenir d’une douleur passée. L’esprit joue donc bien un rôle dans la douleur, au-delà de ce que le corps ressent réellement.

Et donc l’hypnose a bien son rôle à jouer ! 👍

Auto-hypnose et douleur #exercice 1 : la suggestion

Pour commencer, vous avez maintenant l’habitude, vous devez vous mettre en état de transe hypnotique. Cela afin de diminuer votre activité consciente et laisser s’ouvrir votre inconscient, de ce fait davantage réceptif aux suggestions de l’hypnotiseur, vous !

Pour se faire, vous avez peut-être pu déjà lire cet article TECHNIQUE D’AUTO-HYPNOSE 2021 : LA TECHNIQUE DU SOUVENIR AGRÉABLE ou encore celui-ci 1 TECHNIQUE D’AUTO-HYPNOSE FACILE : LA SPIRALE SENSORIELLE pour vous mettre facilement en état d’auto-hypnose.

Une fois en transe hypnotique, le plus simple à faire va être de vous placer des suggestions, directes ou indirectes :

« la part de l’inconscient qui gère la douleur peut alors simplement et facilement former une couche protectrice qui vient barrer le chemin à la douleur… »

« plus la respiration devient profonde et plus la sensation de douleur disparaît, de plus en plus à chaque expiration… »

Il est utile d’associer un phénomène hypnotique à vos suggestions : une sensation de légèreté, de lourdeur, une respiration plus intense ou plus lente… qui vient induire la diminution de la sensation douloureuse.

N’oubliez pas le principe de la dissociation chère à l‘Hypnose Ericksonienne et parlez-vous de « la main », l’inconscient », « la part qui gère »… et non « ma main », « mon inconscient »…, bref vous avez compris le principe 😉

Auto-hypnose et douleur #exercice 2 : la métaphore

L’inconcient fonctionnant en images et en symboles apprécie aussi fortement les métaphores qui agiisent comme de vraies suggestions hypnotiques.

Voici un exemple de métaphore à visée suggestive que vous pouvez utiliser, et adapter à votre guise :

« Pendant que votre attention est portée sur cette dent (dissocié), une autre part de vous, plus intuitive et créative, celle qui est à la commande de vos sensations corporelles, peut avoir à sa disposition une télécommande… cette télécommande possède un bouton rond, capable d’augmenter ou diminuer les sensations de votre dent… et c’est comme si à chaque inspiration, vous pouvez (au présent) tourner le bouton et réduire la sensation dans votre dent, de plus en plus… jusqu’à être confortable… bien ici et maintenant. »

Il est également possible de suggérer un temps qui passe « plus vite » lors de pics de douleur, en hypnose on appelle ce phénomène la distorsion du temps. Pensez à placer vos suggestions également à cet effet si vous en avez besoin.

Auto-hypnose et douleur #exercice 3 : la division

Cette technique est issue de l’expérience de Milton Erickson qui nous disait que fractionner la douleur, en imagination, la supprimait.

Essayez donc de visualiser votre douleur : quelle taille fait-elle ? quelles sont ses dimensions ? Où est-elle située dans votre espace intérieur ? A-t-elle une couleur ?

Balayez ainsi tous les aspects possibles : goût, odeur, texture… et insister sur chacun afin d’aller dans « l’ultra-détail ».

Avec le temps et la pratique, la mise en état d’auto-hypnose deviendra de plus en plus rapide, voire quasiment automatique et l’hypnose pourra devenir un outil très utile pour la gestion de vos douleurs.

Retrouvez ici toutes mes ressources pour l’auto-hypnose 😉